Eglise Saint-Eloi
48 cloches - 7.000 kg
carillon manuel + ritournelles

L'église à trois nefs, édifiée en grande partie au XVIe siècle, est une belle construction de brique et de pierre. Sa tour monumentale, de 1532, abrite à son dernier niveau la salle des cloches où se trouve le carillon.
A la fin du mois de mai 1940, une batterie de petites pièces allemandes vise la base de la flèche et y perce une large brèche. Ce n'est cependant que le 11 décembre de la même année que, sous les assauts d'un ouragan, le haut de l'édifice s'écroule à l'intérieur de l'église, détruisant dans sa chute les orgues. Elle sera reconstruite à l'identique en 1994.

A cette occasion, le seul carillon de la région Nord-Pas de Calais signé de la fonderie néerlandaise Eijsbouts a été entièrement démonté, ainsi que les cloches de volée fondues par Drouot et Wauthy. hazebrouck2Descendante du seigneur de la cité, la famille Van Haesbroeck résidant aux Pays-Bas, fait don en 1955 d'un carillon fabriqué par la société B. Eijsbouts, d'Aasten. C'est le seul instrument originaire des Pays-Bas actuellement installé dans un beffroi français. Il est dédié à la mémoire des membres de la famille, à celle de tous les Hazebrouckois et à celle des combattants morts pour la France pendant la seconde guerre mondiale. Voici l'inscription qui apparaît pour tout ou partie sur certaines cloches du carillon :
"Je fus fondue en 1955 par la Société Anonyme B. Eijsbouts à Asten (Hollande) et dédiée à la mémoire de Johannes Gerardu Mylieff descendant à la noble famille des Van Haesenbroeck, seigneurs de l'Hoflandt, né à Hilversum (Hollande) le jeudi 2 août 1917, décédé prisonnier civil à Bremen-Blumenthal (Allemagne) le 23 octobre 1944 à l'âge de vingt-sept ans et à celle de tous les Hazebrouckois et de tous ceux sans distinction de nationalité qui perdirent leur vie pendant et par la guerre de 1939 à 1945"


La famille désirait en outre que chaque année un concert soit donné à la mémoire de ce fils et des victimes de la guerre et qu'un autre concert soit donné à la mémoire de la famille régnante en Hollande... Cet instrument compte 35 cloches fondues à Asten (Pays-Bas) en 1955 et possède la particularité d'avoir été accordé d'une manière révolutionnaire pour l'époque, de façon telle que leurs tierces ne soient ni mineures (ce qui apparaît naturellement avec les profils choisis par les fondeurs depuis plusieurs siècles), ni majeures, mais " moyennes " ou " mijeures ". Cette recherche d'une couleur sonore différente et très nettement audible faisait partie d'un programme de recherche de la fonderie Eijsbouts à l'époque. Cette recherche préfigurait la conception récente de cloches " à tierces majeures " au sein de la même fonderie, cloches dont l'accueil est très controversé dans le milieu des carillonneurs et paradoxalement appréciées du public. Profitant des travaux de reconstruction de la flèche achevée en 1994, la restauration du carillon a été engagée avec l'installation d'un nouveau mécanisme, le remise en état des 35 cloches et la fonte de 13 nouvelles cloches par Pierre Paccard.