Eglise Saint-Martin
22 cloches - 3.449 kg
carillon muet

carvin_clavier_nbEn 1702, pour remplacer la vieille église exiguë et vétusté, le prince d'Epinoy fait élever une tour majestueuse selon les principes classiques de superposition des ordres d'architecture, en y mêlant l'ornementation flamande teintée du style du XVIIe siècle encore si proche. Il laisse à la communauté paroissiale le soin de construire la nef, et à l'abbaye Saint-Pierre de Gand celui d'élever le chœur, ce qui est fait en 1732. L'église Saint-Martin de Carvin, de style baroque sera restaurée après la première guerre mondiale. La nouvelle tour abrite un carillon de 14 cloches, dont l'une provient du premier instrument. En 1810, les plus grosses sont refondues. Le tout disparaît lors de l'incendie de 1917 qui épargne cependant l'édifice. Après guerre, le cure craignant de ne pouvoir trouver de carillonneur, propose de remplacer la sonnerie par 4 grosses cloches harmonisées qui "auraient formé carillon". Le conseil municipal ne voulut pas en entendre parler et l'architecte des Beaux-Arts dut se conformer à l'avis du conseil. On installa donc 2 cloches de volée pour les besoins du culte et, quelques mois plus tard, un carillon de 20 cloches fondues par Wauthy à Douai. Après une première restauration en 1955, des bénévoles améliorent les transmissions mécaniques en 1981, sans pourtant réussir à lui redonner voix. Disposés sur un beffroi en bois à quatre niveaux, le carillon était relié au clavier du carillonneur situé à l'aplomb du carillon par un système d'abrégé et de tringlerie aujourd'hui totalement hors service. Cousin germain de Harnes et Le Cateau-Cambresis, le carillon de Carvin est aujourd'hui à l'état d'abandon.